Accueil Revue de presse Paris : et si le périphérique ressemblait à ça en 2050 ?

Paris : et si le périphérique ressemblait à ça en 2050 ?

Alors que le débat sur la place de la voiture à Paris suscite les passions, la question du devenir du périphérique se pose. Le sujet est mis sur la table par les élus parisiens.

Dans le cadre de sa réflexion sur le plan climat, la Ville de Paris, par la voix de Célia Blauel, adjointe d’Anne Hidalgo en charge de ce dossier, a estimé que le périphérique était « obsolète » mercredi dans nos colonnes. Pourtant, c’est l’autoroute urbaine la plus fréquentée d’Europe ! A lui seul, cet axe majeur représente, selon l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur), 35 à 40 % du trafic routier parisien et est fréquenté quotidiennement par plus 1,1 million de véhicules. Mais ce symbole de l’automobile reine, dont la construction a débuté dans les années 1960 pour s’achever complètement en 1973, est aujourd’hui au centre de débats passionnés.

Si la Ville de Paris a décidé d’interdire le diesel en 2024 et souhaite ardemment la disparition de l’essence pour 2030, la place du périphérique dans ce nouveau paysage se pose. D’autant plus qu’il génère pollution, bruit et embouteillages pour les quelque 400 000 habitants qui vivent à 400 mètres et moins de cet axe. Dernier point, plus social et sociétal, il représente une cassure entre Paris et sa proche banlieue, une sorte de mur ou de barrière entre les Parisiens et les banlieusards.

2020-2022 : Réserver une voie pour le covoiturage

C’est l’une des pistes étudiées et peut-être celle qui verra le jour le plus rapidement. Les quatre voies actuelles seraient conservées mais une serait dédiée au covoiturage. « Il faut réduire les émissions de CO2, la congestion et les embouteillages. Los Angeles a déjà mis en place ce dispositif. Des élus de cette ville sont venus cette semaine pour nous l’expliquer et ça fonctionne », souligne Célia Blauel. Et les contrôles ? « Los Angeles a renforcé les moyens humains, de notre côté nous n’en sommes pas à ce stade de la réflexion, poursuit l’élue. On peut aussi imaginer que cette voie de covoiturage soit accessible aux véhicules propres. Ça fait partie des discussions. »

«Si nous passions de 1,1 personne par voiture comme actuellement à 1,7 on règle le problème des embouteillages. Alors le covoiturage est une nécessité. Nous attendons la réponse du gouvernement et la conclusion des Assises de la mobilité qui se terminent en fin d’année », affirme Christophe Najdovski, l’adjoint aux transports.

2030 : un boulevard urbain avec des transports en commun

« Nous menons une réflexion à l’échelle de la Métropole et même de la région. En 2030, le réseau du Grand Paris express sera normalement terminé même s’il subsiste des incertitudes pour Saclay et le triangle de Gonesse. Nous aurons donc une rocade de métro qui aura une fonction similaire au périphérique, lance Christophe Najdovski. Nous pouvons donc imaginer transformer le périphérique en boulevard urbain avec des transports en commun et même pourquoi pas des véhicules autonomes. » Cette réflexion sera menée à l’échelle régionale. D’autant plus qu’il faut également trouver des solutions pour les autoroutes qui se terminent à Paris.

2050 : un espace ouvert

Il n’y a pas encore de date, ni même de projet véritablement à l’étude même si en 2010, la Ville a commandé une étude à un cabinet d’architectes, ET ALORS, qui planchait sur le thème : quel Paris avec +2°. Dans les documents, on pouvait voir le périphérique dans le XVIIearrondissement tel que Célia Blauel le rêve.

« A terme, cet axe pourrait être un espace même de la ville, un lien entre Paris et les communes voisines, avec des transports en commun, des parcs et même des habitations », espère l’adjointe en charge de l’environnement et du plan climat.

« On nous a demandé ce que nous imaginerions à la place s’il n’y avait plus de voitures, explique Yannick Gourvil de ET ALORS. Nous avons pensé à quelque chose de très végétalisé pour casser le mur entre Paris et sa banlieue. »

Lire l'article dans son intégralité sur le parisien.fr