Accueil Revue de presse Le plan Climat de Paris, c’est aussi la rénovation des logements

Le plan Climat de Paris, c’est aussi la rénovation des logements

Alors que les automobilistes appellent à manifester ce jeudi dans la capitale, la Ville, elle défend son plan Climat. Il représente 500 mesures qui dépassent le cadre des transports

La mesure a fait grand bruit le 12 octobre dernier. Dans le cadre d’une réunion liée au plan Climat, la Ville de Paris et sa maire Anne Hidalgo ont annoncé un nouvel objectif : après la fin du diesel pour 2024, « tendre » vers la fin des voitures à essence circulant dans la capitale d’ici 2030… Il n’a pas fallu longtemps pour que la nouvelle se répande et notamment auprès des automobilistes. Ceux-ci ont d’ailleurs prévu de faire entendre leur courroux général contre la politique anti-voitures de la Ville ce jeudi lors d’une grande manifestation piétonne à Paris.

Cette mesure, certes spectaculaire, n’est pourtant pas la plus emblématique du plan Climat, assure la Ville : « Il n’y a pas que le prisme de la voiture si on veut être à la hauteur des enjeux », défend haut et fort Célia Blauel, l’adjointe d’Anne Hidalgo en charge de l’environnement, qui a prévu de présenter le projet à la presse ce mardi.

Le document, qui sera débattu au Conseil de Paris du 20 au 22 novembre prochains, comprend 500 mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et faire de Paris une ville « neutre en carbone » à l’horizon 2050.

Parmi ces mesures, l’élue en retient deux :

- D’ici 2050 : 1 million de logements rénovés

« C’est un sujet majeur car s’il y a des pics de pollution c’est aussi à cause de bâtiments mal isolés », avance Célia Blauel. L’objectif est de taille : 1 million de logements, cela représente les deux tiers du parc de logements sociaux et privés de Paris. « C’est atteignable », assure pourtant Célia Blauel. « Depuis 2008, la Ville finance la rénovation de 4 500 logements sociaux par an, et à partir de 2020 nous passerons à 5 000. Par ailleurs dans le cadre de notre programme Ecorénovons, 50 000 logements privés auront fait l’objet d’une rénovation thermique en 2020 ». Pour atteindre ces objectifs, l’élue en appelle toutefois à un engagement plus large, du côté de la métropole et de l’Etat, « pour des incitations fiscales plus fortes et des modalités de financement plus simples ».

- D’ici 2030 : une alimentation à 50 % locale.

L’objectif affiché du plan climat, c’est que d’ici 2030, « 50 % des denrées alimentaires consommées à Paris proviennent du Bassin parisien ». « Nous voulons développer les initiatives en faveur du régime flexitarien : moins de viandes, plus de produits locaux et si possible, plus de produits bio », assure Célia Blauel. « Tous les acteurs de la filière sont associés à la réflexion qui passera aussi par le soutien des circuits courts de distribution, comme les halles alimentaires par exemple ».

L’enjeu pour la Ville est d’accélérer la cadence pour tenir les objectifs fixés par le premier plan Climat adopté en 2007. « Entre 2004 et 2014, Paris a réduit de près de 10 % ses émissions de gaz à effet de serre », résume Célia Blauel. « La baisse est notable dans les déplacements (- 39 %) mais il faut poursuivre les efforts sur l’alimentation et la part des énergies renouvelables (solaire et géothermie) dans la production d’énergie ».

Lire l'article en intégralité sur leparisien.fr