Accueil Revue de presse Swimming cool

Swimming cool

Le 15 juillet, le bassin de la Villette inaugurera trois espaces qui permettront de piquer une tête dans le canal. Un premier acte qui signe le retour de la baignade en eau vive alors que celle-ci est interdite dans la Seine à Paris depuis 1923.

Vianney Delourme, journaliste pour Enlarge your Paris

« Au début les gens nous applaudissaient quand on piquait une tête dans le canal. Certains osaient nous rejoindre. Maintenant, ils y vont tous seuls. » Il est 21h, un soir de canicule, et Jérémy a revêtu son costume de militant : le maillot de bain. Ce co-fondateur du Laboratoire des Baignades urbaines expérimentales, une association qui promeut la baignade libre, vient de s’offrir un plongeon dans le canal de l’Ourcq, au niveau de l’écluse du canal Saint-Denis. Avec les autres laborantins, c’est leur nouveau spot de baignade, « plus tranquille que le bassin de la Villette », très fréquenté les jours de forte chaleur. Certains soirs de juin, on y a vu des dizaines de baigneurs sautant des passerelles ou faisant des longueurs. Une scène impensable il y a encore un an. Preuve que les mentalités changent, et que le Labo, qui plaide depuis des années pour l’ouverture du droit à la baignade sauvage, a bien fait son travail.

Le 15 juillet, la mairie de Paris doit justement ouvrir une zone surveillée dans le basssin de la Villette (19e), à deux pas des cinémas MK2. Les nageurs auront ainsi accès à deux bassins en eaux profondes, tandis qu’un troisième espace sera réservé aux enfants. Alimenté par la Vanne et le Loing, deux affluents de la Marne, le bassin de la Villette présente une qualité d’eau exemplaire. « Nous réalisons trois prélèvements par jour. C’est comme cela que nous avons réussi à convaincre les autorités sanitaires, d’autoriser la baignade, indique Christophe Ribet, qui travaille au côté de Célia Blauel, adjointe au maire chargée de l’Environnement. Nous ferons de la pédagogie auprès des Parisiens pour qu’ils comprennent le cycle de l’eau, et apprennent à appréhender la baignade en milieu naturel. Nous devons aussi sensibiliser les fêtards du week-end. Le samedi matin, le canal est une poubelle. »

Il va aussi falloir gérer un très probable succès du bassin. « Les autorités sanitaires nous ont autorisés un quota de mille baigneurs par jour, au maximum trois cents en même temps. Comment allons-nous gérer les pics de chaleur ? On risque de voir les gens se baigner partout si le bassin autorisé est plein. » Pourquoi mille baigneurs ? Car d’après l’Agence régionale de Santé, au-delà de ce chiffre, ce sont les nageurs qui créent un risque de pollution.

Les baignades en ville, lubie de bobo ?

Avec la Villette, Paris se met au diapason de nombreuses autres villes où l’on se se baigne déjà. A Londres et Berlin, les projets d’infrastructures se multiplient. Ailleurs, on n’a jamais arrêté de se baquer, comme à Bâle, où a lieu chaque année en août la Rheinschwimmen. Des centaines de nageurs se jettent à l’eau pour faire un parcours de 2 km en pleine ville. Les images de cet événement sont massivement utilisées par les promoteurs du droit à se baigner, qui, un peu partout, commencent à avoir l’oreille des élus. C’est clairement le cas du Laboratoire des baignades urbaines expérimentales, qui a influencé la politique parisienne en la matière.

 

Les membres du Labo connurent leur baptême médiatique en 2013 grâce à un petit reportage autoproduit sur Arte radio, en 2013. En 2015, Libération leur consacra une double page, que Célia Blauel glissa sous les yeux d’Anne Hidalgo. “Ça a ouvert les yeux de la maire sur le sujet des baignades en ville”, assure-t-on au Labo.

Le premier endroit où les laborantins se sont baignés, ce fut devant la base nautique de l’Ile de Monsieur, entre Sèvres et Boulogne (92). “On était en pleine nuit, au mois d’octobre 2012. On venait de quitter une soirée, on ne savait pas quoi faire. On se retrouve devant la Seine. Et là, tout d’un coup, on se jette à l’eau.” L’été suivant, en vacances à Amsterdam puis en Hongrie, ils ont constaté que des gens se baigner dans les canaux et dans le Danube. “On s’est dit qu’on voulait la même chose à Paris. On s’est alors demandé pourquoi la baignade y était interdite, et depuis quand. Nous avons fait un vrai boulot d’enquête. Puis on a créé notre petite assoc’, multiplié les baignades pour notre plaisir, et pour faire valoir le droit à se baigner librement.

Un « droit à la baignade » qui peut recouvrir différentes aspirations. Se rafraîchir les jours de canicule, compenser le trop faible nombre de piscines municipales, se « réapproprier » les biens communs que sont les fleuves, aujourd’hui principalement utilisés pour le commerce et le tourisme.

A lire : Pour un Grand Paris ploufable

Bassin de la Villette / © Jean Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris

Les enjeux dépassent largement le cadre des loisirs. « Pour nous, ce qui se joue c’est l’adaptation de Paris au changement climatique, explique Christophe Ribet, au cabinet de Celia Blauel. On le voit avec le détournement des bouches à incendie à chaque épisode caniculaire. Il faut créer des points de fraîcheur. » C’est pour cela que la mairie de Paris a testé les brumisateurs géants, prévoit la mise en place de plus de quarante nouvelles fontaines et s’apprête à tester dès l’an prochain un nouveau bitume qui limite la restitution de la chaleur emmagasinée dans la journée.

Le bassin de la Villette n’est donc qu’une première étape. Christophe Ribet déroule le programme. « En 2017, nous ouvrons la Villette. Et en 2019, on pourra se baigner dans un bassin creusé dans le lac de Daumesnil dans le bois de Vincennes. Créé sur le modèle des piscines naturelles, ce bassin de 150 mètres de longueur par 30 mètres de largeur sera phyto épuré grâce à un système de graviers et de plantes. Mais le rêve de tout parisien, c’est de donner enfin raison aux prédictions de Jacques Chirac sur la baignade dans la Seine. » Un rêve qui pourrait s’accélérer si Paris obtient les JO en 2024. La Seine servirait alors de cadre aux épreuves de triathlon et de natation en eau libre. On l’a vu encore récemment, le fleuve est au cœur du plan de communication parisien, et Anne Hidalgo joue à fond la carte olympique pour relancer la tradition, éteinte depuis 50 ans, de la baignade dans la Seine. Pour Jérémy, du Laboratoire des baignades urbaines expérimentales, « le 13 septembre [date d’attribution des JO de 2024, Ndlr] va décider si la Seine sera bientôt baignable ou pas. »

Lire la suite de l'article sur Libération.fr